Cinq questions à Stéphane Le Diraison

Fin juin, Stéphane Le Diraison nous a fait le plaisir de participer à notre Fête du Club.  Il en a profité pour répondre à nos questions. Merci Stéphane pour tes réponses.

 

Stéphane, tu viens de terminer la course Bermudes 1000 Race, qualificative pour le Vendée Globe 2020 au 10° rang.  Pourrais-tu revenir sur cette course pour nos adhérents ?

Cette épreuve de 2000 milles en Atlantique nord était la première course 2019 du championnat IMOCA. L’objectif était tout d’abord de finir la course pour valider ma qualification au Vendée Globe 2020.

Les conditions météos variées m’ont permis de tester mon nouveau pilote automatique et plusieurs modifications apportées  au bateau. Avec de nombreux concurrents, nous sommes restés au contact toute la course, c’était idéal pour tester des réglages et valider mes choix techniques en vue des modifications apportées au bateau l’hiver prochain.

A l’issue de cette course, je me classe 3ème du championnat Imoca Globe Series et c’est une belle récompense pour toute l’équipe Time For Oceans.

 

La prochaine course au calendrier, c’est la Transat Jacques Vabre qui partira du Havre en septembre prochain et qui s’effectuera en double.  Avec  qui  as-tu décidé de courir cette transatlantique et pourquoi ?

Pour l’instant je garde secret le nom du co-skipper. On l’annoncera en juillet ! (NDLR voir notre note * en bas de page)

 

Comment prépares- tu cette course ? L’organisation avec deux skippers doit être différente de celle que tu nous as présenté en janvier dernier dans nos locaux, notamment la gestion du sommeil. Pourrais- tu nous en dire un peu plus ?

Nous naviguons ensemble régulièrement afin de bien nous connaitre et de nous synchroniser à bord. En terme de gestion du rythme, d’un côté on a la possibilité de dormir plus serein car quelqu’un veille sur le pont. Mais d’un autre côté il n’est pas possible de se caler sur son propre rythme, il faut instaurer une organisation du bord. Le rythme d’une transat en double est énorme, on pousse les bateaux à leur maximum pendant deux semaines, c’est très intense.

Stephane Le Diraison a bord de l Imoca Time For Oceans en entrainement pour la Route du Rhum-Destination Guadeloupe 2018 – Belle Ile le 20/09/2018

 

 

 

 

 

Pour l’instant, as-tu entrepris des modifications sur ton bateau « Time for Océans » ? Beaucoup de concurrents sont désormais équipés de foils ? Est-il possible d’en équiper ton bateau ou faut-il mieux repenser un nouveau bateau ?

Cette année j’ai travaillé sur les pilotes automatiques,  j’ai installé un système de dernière génération qui se révèle très efficace. Après la Transat Jacques Vabre, j’apporterai des modifications structurelles au bateau, le cockpit va être refait pour améliorer l’ergonomie et la performance, ainsi que les appendices. En revanche il n’y aura pas de foils sur mon bateau, c’est techniquement trop compliqué et cela nécessiterait de changer de mât…

 

Il y aura également la Transat (10 mai 2020), le New York-Vendée (Juin 2020). Toutes ces courses sont qualificatives pour le prochain Vendée Globe qui partira le 8 novembre 2020. C’est chaud car le nombre de places est limité à 27 bateaux et skippers.  Es-tu qualifié à ce jour ?

A ce jour je fais partie des 3 skippers ayant effectués le plus de milles sur le circuit 2018-2020. Je suis donc « au chaud » pour la qualification. Pour être en danger il faudrait que j’abandonne la transat Jacques Vabre + les deux transats 2020. Il me suffit d’en finir une pour être définitivement qualifié.

 

 

Vous aimerez aussi...